Le Bassin Rose

   
 

Henri DE REGNIER

 
 

 

 
 

Si le jet d'eau s'est tu dans la vasque, si l'or

De la statue en pleurs au centre du bassin

S'écaille sur la hanche et rougit sur le sein,

Si le porphyre rose en l'onde saigne encor ;

 

C'est que tout, alentour, s'engourdit et s'endort

D'avoir été charmant, mystérieux et vain,

Et que l'Echo muet dans l'ombre tend la main

Au Silence à genoux auprès de l'Amour mort.

 

L'allée est inquiète où l'on ne passe plus ;

La terre peu à peu s'éboule du talus ;

La porte attend la clef, le portique attend l'hôte,

 

Et le temps, qui survit à ce qu'il a été

Et se retrouve toujours tel qu'il s'est quitté,

Fait l'eau trop anxieuse et les roses trop hautes.

 
Retour à inspiration Retour à l'accueil